UNE COUILLE DANS LE POTAGE
par Marku
Visual-Music.org > Blogs > Blog de Marku
À propos de...
Cliquez ici pour en savoir plus sur Marku
Description :
Tu es bel et bien sur le blog de Marku. Ici, le black metal pourrait être exclusivement gay-friendly. Surveille tes arrières.

Ville :
La Cité des Papes

Date de naissance :
08/05/1900

Site internet :
http://twitter.com/SuperMarku
LAST.FM CHARTS !

Calendrier
< Décembre 2014
lun mar mer jeu ven sam dim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031
Recherche
Flux RSS
THE HURTING : loltoshop.


© Les doigts de pianiste de Marku.


THROATRUINER RECORDS : tendre entretien.
On était en mars, il faisait froid, très froid dans mon 20m² poisseux. Je cherchais désespérément une activité divertissante pour évacuer une sorte de spleen nuptial quand soudain, un message du fondateur de Throatruiner Records (Nesseria, Plebeian Grandstand, Quartier Rouge, Pigeon, Huata, Bloodkitt) s'est encastré dans ma boite mail. Quelques délicieuses écoutes et moult missives érotiques plus tard, Matthias, le boss de cet hérétique label breton hardcore x sludge x crust x doom x noise x grind, répondait à mes questions de merde.


Mise en abyme musclée.

- Matthias, je t'ai connu il y a quelques mois en tant que chroniqueur sur le web. T'as monté Throatruiner Records pour passer de l'autre côté du miroir, pour faire chier les journaleux à grands coups de mails promos pompeux et de relances piteuses ?
Tout à fait. Pour le plaisir de pouvoir inonder les chroniqueurs de fiches promos aux biographies outrancièrement pompeuses, dis pas le contraire, une bio avec les mots "méandres" ou "virtuosité" vaut une expulsion d'entrée de jeu non ? Plus sérieusement, en quelques mots, parce que je vais pas faire dans l'autobiographie outrancièrement pompeuse moi non plus, je me suis décidé à arrêter de perdre mon temps dans des études rébarbatives et bouchées qui m'amèneraient à bouffer des pâtes et à en chier durant des années, pour tenter de construire quelque chose qui m'amènera à bouffer des pâtes et à en chier pendant encore plus d'années, mais en faisant quelque chose qui me branche à 2000%. Alors que j'ai toujours pas maté Into The Wild. C'est plutôt bandant d'essayer de tracer sa propre voie, après on en recause dans quelques années hein, puisqu'il paraît que démarrer un label en 2010, qui plus est dans des créneaux pas très ear-friendly, c'est pas très très judicieux. Mais bon, le but est plus de soutenir "ma" vision de la musique, aussi prétentieux et élitiste que cela puisse paraître. Je suis pas là pour aider les potes, la scène locale, régionale, nationale ou quoi que ce soit. Si je signe un groupe c'est qu'il colle de très près à ce que je recherche dans mes écoutes, au niveau de la forme, mais aussi, chose trop souvent mésestimée, du fond. Que les mecs font pas ça gratuitement comme 95% des groupes metal, hardcore et affiliés, que leur musique a un sens pour eux. Raz le cul du nivellement par le bas.

- Même si tu parles du très pédé Into the Wild, je décèle une certaine misanthropie dans tes propos, je me trompe ?
C'est que ce genre de choses ne se crie pas sur tous les toits, et puis j'ai deux pages facebook, alors je suis plutôt mal barré niveau misanthropie hein ! Mais sans doute tendance à être un peu beaucoup aigri au fil du temps, ouais, "chaque jour plus intégristes et sectaires" comme le vomit Nesseria. Le phénomène date pas d'aujourd'hui, mais le fait est que l'immense majorité des musiques prétendument "dures" n'ont aucune violence dans le fond, alors que c'est quand même leur raison d'être à la base. Rarement de quoi gratter derrière. Je pourrais te chier des paragraphes entiers sur la catharsis, tout ça tout ça, mais je m'appelle pas My Own Private Alaska non plus, donc je te dirais juste qu'il n'y a rien qui me colle plus d'urticaire que ces groupes de beaufs qui choppent leur instruments pour la pose/pour masquer leur merde d'un pseudo-second degré trop-fun-décalé/pour faire un truc "efficace"/pour s'écouter jouer... Il m'arrive d'en écouter aussi hein, ça refile pas le sida non plus. Mais c'est vraiment pas le genre de choses dans lesquelles je me reconnais pleinement. Tout ça pour dire que je restaurerais bien les auto-da-fes pour les disques. Et encore, je m'en tiens qu'au domaine de la musique. La vie, les gens, l'humanité, c'est pire, mais c'est une autre histoire.

- Donc, chez Throatruiner, aucun groupe ne prend ses instruments "pour la pose, pour masquer leur merde d'un pseudo-second degré trop-fun-décalé, pour faire un truc "efficace" ou pour s'écouter jouer" ? En tout cas, pour ce qui est du simple second degré, j'ai énormément ri en lisant la tracklist de "Open The Gates Of Shambhala" de Huata... (chroniqué ici)
Tu n'aurais pas dû, y'a que du premier degré chez eux, et quand ils rendent hommage au second autrichien le plus haï de l'histoire c'est la larme à l'œil et la main sur le cœur. Je faisais plus référence aux comiques troupiers qui vont s'amuser à ridiculiser volontairement tel ou tel genre en le parodiant à outrance, le genre de trucs même plus marrants à écouter une ou deux fois parce que faits 50000 fois. Genre les mecs qui se disent "wouh trop ouf on va faire une reprise de "La digue du cul" version true black avec un passage bossa nova au milieu". T'as eu droit à ça y'a quelques années avec Gronibard et Ultra Vomit, tu vas retrouver ça dans une partie de la scène deathcore ou des mecs qui ont découvert Mister Bungle y'a 3 semaines... Vouloir briser les clichés les plus risibles du metal est une très noble cause. Mais devenir à son tour cliché en en prenant le même contre-pied systématique, c'est misérable aussi. L'arroseur arrosé quoi, y'a un juste milieu entre sérieux et détachement qui est important à trouver, et c'est ce point d'équilibre qui m'intéresse aussi. Mais bon, après j'avoue que ça reste du domaine du pinaillage d'emmerdeur, chacun ses marottes...

- Ça fait quoi d'avoir signé des mecs (Nesseria) qui ont été obligés de rassurer quelques agneaux vis-à-vis d'un vieux t-shirt Burzum sur une photo promo' ainsi que de têtes de moutons sur des visuels ?
Ce que ça fait ? Ça fait que c'est triste qu'en 2010 tu puisses encore avoir à te justifier pour un t-shirt ou un visuel (d'autant plus quand ceux-ci ne sont pas les trucs les plus provocs du monde), et c'est encore plus triste quand tu lis leurs textes qui sont un peu considérablement à l'opposé de ça (et de toute démagogie d'ailleurs). Maintenant c'est sûr qu'avec un sweat Burzum dans cette scène, t'es pas à l'abri d'un gars qui est pas capable de faire la différence entre la musique (quoi qu'on en pense) et son fond de pensée, y'a toujours du monde pour venir prendre ça au pied de la lettre. Mais bon, y'a que dans chez nous que ça se passe hein, je doute qu'avec un t-shirt R.Kelly on vienne te chercher des noises. Alors qu'à côté de Vikernes, il fait pas pâle figure. Bref, en même temps, ils sont plus à même de se justifier de leur propre chef, ce qu'ils ont très bien fait par ici.

- Quel est le futur proche de Throatruiner, et quel est le groupe que tu aimerais signer par-dessus tout ?
Alors niveau futur proche, très proche, ça va être d'enfoncer un peu plus profond mon doigt dans les rudiments du fais-le-toi-même-c'est-pas-plus-mal en me chargeant au maximum de la fabrication des packagings, des cd's, plutôt que de filer un de mes reins à des boîtes de pressage. Ce qui me fait de plus en plus bander, dans ce que je fais avec Throatruiner, c'est d'accumuler de petits savoirs-faire, niveau travaux manuels, niveau graphisme, choses auxquelles j'avais jamais touché avant. Je suis et je serais toujours une burne là-dedans hein, mais je soigne ça de plus en plus. Du coup, grâce à tout ça, je prends moins de risques financiers, je fais des économies, ce qui devrait me permettre de sortir des skeuds plus régulièrement, en petites séries (moins de 100 exemplaires). En découleront normalement l'annonce de quelques groupes bien mignons qui rejoindront l'écurie Throatruiner à la rentrée. Si Dieu veut. Inchallah.

Y'a aussi, avec Kevin de Swarm Of Nails, le projet de sortir un sampler mp3 gratos, à la manière de ce que font Deathwish ou A389. On y a casé les groupes de nos labels, normal, mais aussi pas mal de groupes avec qui on est en contact et qui cadrent avec notre vision de la musique. Bref une initiative qui nous coûte que dalle sinon des gigas d'échanges de mails, faite pour filer un coup de projecteur sur "nos scènes" et qui profite à tout le monde, groupes et labels pour l'exposition, et public. Ça s'appellera "Hate/Life" et ça devrait être dispo pour la rentrée des classes.
Sinon, niveaux groupes que j'aurais rêvé/que je rêve de sortir ? Défunts ou remuant toujours, Neurosis, Robinson, Cursed, Khanate, Kickback, Celeste, Black Sheep Wall, Converge, Admiral Angry, Abandon, Acrid, Gaza... La liste est longue, et je désespère toujours pas de chopper l'un d'eux dans mes filets !

Linxbox :
Le MySpace de Throatruiner Records.
Le shop de Throatruiner Records.
Ruin Everything, le chatoyant tumbleblog de Matthias.


THEY TALK TRASH #05 : EMMA DAUMAS !
Olivia Ruiz ? Jenifer ? Nolwenn Leroy ? On les encule ! S'il ne devait en rester qu'une, ce serait Emma Daumas, parce qu'elle se dit conne, et moi aussi.




- Emma, j'avais aimé le petit côté tropical de ton single "J'suis conne", dans lequel tu affirmais être "conne, mais pas toute la journée"... Et Nadine Morano, tu penses qu'elle est conne à temps plein, elle ? (ça marche aussi avec Dati ou Boutin ; l'interview a été réalisée avant le remaniement ministériel, ndlr)
Morano, Dati, Boutin et compagnie... bien sûr, toutes des connes... quand ça arrange les cojones au pouvoir ! Une femme au gouvernement c'est trop tentant, faut que ça en chie et que ça prenne pour les conneries des autres.
La Palme d'Or revient cependant à Nathalie Kosuisco-Morizet, brave conne qui en cherchant à faire respecter les engagements du grenelle de l'environnement (ce qui n'arrangeait pas tout le monde) s'est faite ridiculisée par son Borloo de boss, qui a demandé au peuple d'excuser cette fille fragile, expliquant gêné, qu'elle n'était pas dans son état normal (en mode "faites pas gaffe, elle a ses règles")... Le clou de cette histoire, c'est qu'elle s'est excusée platement et passe de l'environnement à l'économie du numérique et des nouvelles technologies ! Donc, conne... peut-être bien toute la journée en fait !

- Comme moi, tu viens d'Avignon. Alors, quels sont tes endroits préférés dans la Cité des Papes ?
Je passe beaucoup de temps sur le pont et je danse en rond. Et puis je fais coooomme ça et encore cooomme ça. Bref, c'est fatigant et ça donne faim. Alors je me précipite Aux Caves St Marc (délicieuse cave à vin qui sert de délicieuses tapas) à Villeneuve-lez-Avignons ou encore à la Guinguette du Vieux Moulin au bord du Rhône (c'est marrant, y'a même des poissons mutants, mi poisson/mi canard ! Fou j'vous dis !) Après, je vais sur la place de l'horloge faire un tour de manège enchanté et et et... J'me réveille.

- Elle ne t'a jamais emmerdé la chanson "Emma" de Matmatah ?
A l'époque, ce n'était pas encore mon nom (l'opération s'est faite plus tard !), alors non, ça ne m'a pas gêné. Par contre, une fois transformée, je me suis ruée sur Stan, le chanteur du groupe, et l'ai torturé jusqu'à ce qu'il m'écrive deux chansons. Il était pas beau à voir après mais j'ai vendu six millions de disques grâce à ça, c'était en 78. On s'est bien marré !

- T'aimerais bien que l'un de tes disques soit chroniqué par Nolleau et Zemmour chez Ruquier ? (la joute verbale entre Nolleau et Francis Lalanne il y a quelques semaines était monumentale)
Nolleau et Ruquier sont connes !
(cf. et )

- Un peu plus sérieusement, il va ressembler à quoi, ton futur proche ?
Mon futur à présent, c'est vous mes fans, ma vie. Je suis très excitée à l'idée de vous retrouver sur les routes du monde entier de la France à partir de Septembre et même en Belgique le 20 juin ! Ma plus belle histoire d'amour, c'est vous, et je vous dis merci. Oui, merci d'avoir été si nombreux à acheter mon disque "Le chemin de la maison" aux puces de St Ouen, j'y serai d'ailleurs en séance de dédicace le week-end prochain, je vous attends...


Merci à Emma pour sa gentillesse, ainsi qu'à Twitter, parce que c'est trop bien !

MYSPACE : OUI
SITE WEB : OUI


THEY TALK TRASH #04 : BETRAYING THE MARTYRS !
L'ex-chanteur de Darkness Dynamite qui fonde un groupe de metal chrétien, forcément, ça intéresse. Entretien au niveau 10 de la pertinence sur l'échelle de Laurence Ferrari (j'devrais postuler au 20 heures avec mes questions...) avec Eddie -qui a fait une croix (ha, ha) sur Darkness Dynamite, donc- et Fab du groupe Betraying The Martyrs, qui fait de plus en plus parler de lui.




- Betraying The Martyrs, vous vous présentez comme un groupe de metal chrétien. Pourtant, je sens quelques vibes black metal dans votre premier morceau disponible sur votre MySpace, "The Covenant"... Alors, Betraying The Martyrs, c'est du white metal ?
Eddie (chant) : Je ne dirai pas que Betraying The Martyrs est un groupe de white metal, je ne fermerais pas notre musique dans un style, les cinq morceaux de cet EP représentent l'ensemble des influences de chacun ; le côté chrétien du groupe est dans les paroles, c'est comme dire que tu fais du vegan metal ou du streight edge metal, ça représente juste ce que tu défends à travers ta musique.
Fab (guitare) : Le public s'efforce à donner une étiquette à chaque groupe. Avoir un esprit black metal impose plusieurs interrogations dont le concept lié (des trucs pas très catholiques, ndlr) qui est tout à fait contraire à ce que nous voulons transmettre à travers nos paroles, mais pour répondre à ta question et comme Eddie te l'a affirmé, nous pratiquons une musique incluant l'ensemble de nos goûts.

- Puisqu'on parle de chrétienté, vous en avez pensé quoi des propos de Benoit XVI sur la dangerosité du préservatif ?
E : Je trouve ça honteux, l'Église a tellement d'influence dans la vie de millions de personnes qu'entendre de telles bêtises de la part d'un représentant de Dieu comme Benoit XVI montre bien la méconnaissance de la vie, de la maladie, de l'influence qu'un homme comme lui peut avoir auprès de la jeunesse et du réel message à faire passer pour les toucher.

- On peut lire sur votre page MySpace, en gros et en gras : "GO AHEAD AND TALK SHIT ABOUT US, IT STILL MEANS YOU'RE MAKING US BIGGER". Big dédicace aux lecteurs de nos sympathiques confrères de VS-Wezbine ?
E : Les gens aiment parler, et surtout parler dans le dos. Je ne parlerais pas de VS en soit, ce n'est pas VS qui dénigre les groupes mais les membres actifs sur les forums. Je trouve juste dommage que certaines personnes aient du temps à perdre en dénigrant un style de musique, ou des personnes qu'elles ne connaissent pas, à travers des photos ou des chansons, au lieu de s'impliquer et de faire vivre la scène.
F : Je voudrais tout d'abord comprendre pourquoi il y a certaines personnes qui s'efforcent à vouloir nous voir disparaitre. Personnellement, si un groupe ne me plaît pas, je passe a autre chose.

- S'il ne devait en rester qu'un : Twitter ou MySpace ?
E : MySpace, définitivement. Un site internet ne sert plus à rien aujourd'hui ; même si MySpace se fait de plus en plus boycoter par des bloggeurs plus impliqués sur Facebook pour la vie sociale, il reste et restera le n°1 pour faire découvrir sa musique et contribuer au succès d'un groupe. Twitter est très sympa pour suivre l'actualité de groupes ou d'amis en temps réel, cependant. (d'ailleurs, Betraying The Martyrs tweete, ndlr)

- Il s'annonce comment, ce premier EP ?
E : Il s'annonce dans un style que je voulais faire depuis longtemps et je suis ravi d'avoir trouvé des personnes qui sont devenus très rapidement de vrais amis pour faire ce mélange de lourdeur, de riffs death mélangés à des tonalités hardcore ou black et du chant clair pour apaiser le tout. Les cinq titres du CD parlerons de la vie d'Abraham qui, pour moi, est un modèle de vie de part les choix qu'il a eu à faire.
F : Je suis personnellement très content de toutes les touches que chacun a pu apporter à ce premier EP, nous avons tous des préférences et nous avons, comme nous le voulions, concocté le bon compromis. Stéphane Buriez (producteur de la galette, ndlr) a su capter nos envies à tous les niveaux, nous avons vraiment aimé travailler avec lui et, de plus, il s'agit d'un vrai musicien, compréhensif avant tout.


Merci à Eddie et Fab pour leurs réponses, et rendez-vous à la rentrée pour découvrir "The Hurt The Divine and The Light", le premier EP de Betraying The Martyrs !

FREE MP3 : OUI ("The Covenant", premier extrait de "The Hurt The Divine and The Light")
MYSPACE : OUI
SITE WEB : NEIN

8 commentaires, dernier de T-Bow.

THEY TALK TRASH #03 : REALLY ADDICTIVE SOUND !
L'été arrive à grand pas -du moins, dans le Vaucluse-, il était donc tout naturel que je pose quelques questions scandaleuses aux provençaux les plus funky de la côte, j'ai nommé Really Addictive Sound ! Enfin, seul Charles Massabo, a.k.a. Kallaghan, a.k.a. Kal, s'est attelé à la tâche, mais entre nous soit dit, on comprend les trois autres : pour répondre à ce qui suit, il faut vraiment être motivé.




- Really Addictive Sound, vous servez au public un rock ayant une grosse ascendance funk à une époque où les tonalités funky se font rares en France. En fait, R.A.S., Alphonse Brown, même combat (mais sans la moustache) ?
Kal (chant) : On a horreur du funk, c'est pas sérieux et ça sert a rien ! On veut devenir le plus grand groupe de rock ever ! Nos parents nous forcent à faire du funk car c'est commercial et que ça va nous permettre de devenir riche et beaux comme Tokio Hotel. D'ailleurs, on est déjà beaucoup trop beaux, ça m'énerve...

- Produire une musique ensoleillée en habitant en PACA, ça aide. Si vous résidiez dans le Limousin, vous pensez que votre son sonnerait de la même manière ?
Mon agent me fait signe de ne pas répondre à cette question par respect pour les vaches limousines. Non , plus sérieusement, je pense que l’on ferait le même style, peut-être teinté d’un côté fromage français, et non cheeseburger.

- Sur vos visuels et dans vos clips, on peut apercevoir la mascotte du groupe, Mr. Fou. En fait, c'est quoi ce truc, le larbin qui vous apporte la bière et la coke pendant les répétitions ?
La première fois que j'ai rencontre Mr. Fou, c'était en 1992 à Pompano Beach. On a été attaqués par des machines à sous tueuses sur des zodiaques bleues. Ces saloperies crachaient de la fausse monnaie ! Mr. Fou m'a sauvé d'une mort certaine grâce à quelques subprimes, et en échange, j'ai été obligé de rentrer dans Really Addictive Sound, à mon grand désarroi.

- Kal, l'UMP a voulu repousser une loi sur l'inceste pour refaire passer Hadopi (notons que vous avez offert votre album sur internet avant sa sortie physique). Avec une coiffure pareille, Christine Albanel doit être le fruit d'une union incestueuse, non ?
La musique c'est comme le coiffeur, ça devrait être gratuit !

- Plus sérieusement (ou presque), le futur proche de R.A.S., ça va donner quoi ?
Tourner en Irlande et en Corse (on est spécialiste dans les tournées produites par Darma), des festoches cet été, et on bosse déjà sur le nouvel album... De plus, on devrait faire un tour chez les Lord of Dogtown d'ici la fin de l'année... Bounce !


Big up à Kal pour ses réponses et à Roswell pour avoir fait l'intermédiaire, et merci à Really Addictive Sound pour ce premier effort studio ensoleillé !

FREE MP3 : OUI ("Screaming Rabbit Song", live @ Nouveau Casino - 31.10.2008)
MYSPACE : OUI
SITE WEB : OUI

2 commentaires, dernier de Marku.

THEY TALK TRASH #02 : RIKTUS !
Parler tunning, Afghanistan, Doc Gynéco et homosexualité dans une même mini-interview, c'est possible. A l'occasion de la sortie de leur deuxième album, intitulé "Devotion", les métalleux de Riktus ont répondu à mes questions de merde. Et ça va, ils l'ont à peu près bien vécu.




- La neuvième plage de votre album "Devotion", "Kandahar", est l'une des plus barrées de l'album. Ça vous inspire tant que ça, l'Afghanistan ?
Vinch (guitare) : C'est LA question sérieuse en fait ?! C'est vrai que cette chanson est différente des autres, la plupart des retours sont mitigés sur ce titre. Son ambiance est aliénante mais, en même temps, le sujet s'y prête.
Zach (chant) : Ce n'est pas tant l'Afghanistan que l'image qu'a véhiculé cette "guerre pour rien" qui m'a inspiré. Je m'explique. Au fur et à mesure du conflit, c'est la fierté du tout puissant W. qui devenait la seule raison de continuer le combat. Le but initial devenant de plus en plus flou, c'est finalement des soldats déboussolés, qui ne savaient plus très bien pourquoi ils étaient là. Bref, ils allaient se faire péter la carafe dans le désert... "I don't want to be a part of this... because this war is not mine". Bien sûr, tu peux appliquer ça à tous les conflits de ce type, celui-ci étant quand même l'un des plus absurdes, et surtout le plus actuel, il méritait bien un clin d'œil. Ou pas... On va peut-être penser à l'enlever des prochaines galettes ! (smiley clin d'oeil, ndlr)

- Rares sont les temps morts dans votre nouvel album. Riktus, Fast & Furious ?
V : Ah non, parle pas de bagnoles et de tunning !!! Moi, finalement, je trouve qu'il y en a pas mal des refrains chantés, des petits espaces calmes. Même le morceau "Nothing left to proove", avec les violons, calme bien le jeu pour moi. Au départ, je crois qu'on voulait composer un morceau moins aéré, plus brut... C'est réussi au final, tu ne penses pas ? On s'est encore dit la semaine dernière "Merde y a quand même beaucoup de chant clean et de passages calmes".
Z : C'est vrai que les temps morts se font plutôt rares mais comme le souligne Vinch, ils sont plus présents que sur nos anciennes compos... Un peu de sentiments que diable !!! "In this empty end world" et surtout "The day I fell down" sont les deux morceaux les plus significatifs. Ils reposent plus sur une ambiance qu'un martelage intensif, ce qui est souvent aussi, voire plus, efficace. En même temps, ça me permet de souffler un peu sur scène avec des morceaux comme ça ! On pense toujours à la scène, même en studio, parce qu'il n'y a que ça de vrai, la communion avec le public ! C'est pas beau ça ? Pour le côté Fast & Furious on va surement mettre quelques néons bleus sur scène, à côté des amplis "5150 injection". C'est ça la classe selon Riktus.

- Sur l'une de vos photos promotionnelles, on peut remarquer que l'un de vous porte un t-shirt à l'effigie de nos confrères et néanmoins collègues Vacarm. Ça va, pas trop la lose ?
V : Un certain Erwan nous filait des gros coups de boule si on ne les mettait pas ! Mais je suppose que tu veux dire "pas trop la loose" ! (ouais, bon, ça va, ndlr) On est partenaire de vacarm.net depuis quelques années maintenant, ils nous avaient déjà bien soutenu pour "Dégénération", notamment avec la tournée Split The Pit co-organisé par Vacarm. Ce que j'aime dans ce webzine c'est leur investissement au-delà du rôle de journaliste, ils sont toujours prêts à nous filer un coup de main, pour organiser une date, démarcher un distributeur ou décharger le matériel par exemple ! En plus les rédacteurs sont super mobiles, investis... Maintenant, si tu veux qu'on dise la même chose de toi, faut que tu nous files des t-shirts !
Z : Ah, tu veux dire "la louze" ? (ouais, bon, ça va, merde, ndlr) J'suis 100% d'accord avec Vinch là dessus... Si t'as des T-shirts... FAIS PÉTER ! (désolé, on n'a pas de t-shirts, on a que des strings, ndlr)

- Votre son m'a directement fait penser, au niveau des influences, à Killswitch Engage. Il y a un peu plus d'un an, l'épave Max Cavalera a affirmé que ce groupe était le plus "gay" qu'il ait vu sur scène. Et dans les mêmes temps, Doc Gynéco apporte toujours un soutien sans faille à Nicolas Sarkozy. Avoir des dreads, c'est être dénué de cerveau ?
V : OK, notre batteur ayant lui aussi des dreads, c'est pas gagné ! Faut dire que KSE, sur scène, c'est folklorique, le mec fait des pompes avec une cape (j'en passe et des meilleures). Max n'a peut-être pas tout à fait tord ! En tous cas, le premier album de KSE est une influence depuis un bout de temps pour nous. De là à en déduire que Bob Marley, mon batteur et tellement d'autres n'ont pas de cerveau c'est un peu extrême, non ? Pour être franc, ça fait bien longtemps qu'on a laissé tomber la politique et la sur-médiatisation des pseudos-stars à la française. Du coup, moins j'en parle, mieux je me porte !
Z : KSE est l'un des seuls groupes de metal qui ne cherche pas à jouer les méchants. Sur scène, sous prétexte que leur musique est violente... Mais attends... Ils sont peut-être quand même "gay" alors !!! "Allez, viens voir le docteur, non, n'aies pas peur..."

- Allez, vous avez bien eu un petit, ahem, rictus en répondant à ces questions de merde, non ?
Z : Non là je suis pas vraiment d'accord, cette dernière question est vraiment de loin la meilleure de toutes. J'ai bien cerné le second degré, un peu de métaphore, une tournure de phrase un peu paradoxale même si intrinsèquement parlant, dans l'absolu tout y est relatif... C'était une vrai question ?!
V : Oh, ben finalement pas si décalée que ça cette interview, on a déjà vu pire. Chez Vacarm, ils racontent beaucoup plus de la merde ! Tes questions nous ont donné le sourire et c'est bien ce qu'on recherche, se faire plaisir, toujours garder le sens de l'humour et du second degré. Bien plus originales que merdiques tes questions. Merci beaucoup d'avoir pris le temps d'écouter notre album, de lire et de rédiger ces conneries. Merci !


Merci à Vinch et Zach de Riktus pour leurs réponses, ainsi qu'à Erwan qui, visiblement, maltraite les artistes qu'il supporte. Taliban, va !

FREE MP3 : OUI ("Devotion", le single éponyme de l'album)
MYSPACE : OUI
SITE WEB : OUI

1 commentaire, dernier de T-Bow.

THEY TALK TRASH #01 : THE ELEKTROCUTION !
Un groupe, cinq questions pertinentes, et des réponses courtoises et subtiles : c'est le principe de THEY TALK TRASH. Même que parfois, si la formation interviewée est généreuse, elle t'offre un mp3... Et c'est le cas de The Elektrocution ! Les sulfureux rouennais, dont j'avais apprécié l'EP "Rise To The Sun" -mêlant avec habileté rock n' roll aride, indie raffiné et stoner boueux-, inaugurent cette rubrique 2.0 qui s'annonce (légèrement) décapante.




- Dites-moi The Elektrocution, vous ne vous êtes jamais attirés les foudres des fans de Claude François avec un nom pareil ?
Antoine (guitare) : Notre chanteur tire son jeu de scène des chorégraphies de Claude François. C'est un peu le James Brown français. Nous avions d'ailleurs sorti un badge à son effigie à nos débuts. Une pièce collector maintenant...

- Dans votre dernier EP, "Rise to the Sun", on peut trouver quatre sulfureuses compositions ainsi que deux reprises, dont une de Ray Charles. Comment choisissez-vous les morceaux que vous allez reprendre ? A l'aveuglette ?
A ce sujet, quand j'étais roadie pour lui, dans les années 80, une question me taraudait les méninges, que j'ai fini par lui poser un soir de pluie sur les Arènes de Nîmes : "Ray, n'en veux-tu pas à la vie d'être né ainsi?" Sa réponse si spontanée m'a frappée par cette simplicité grandiose dont seuls font preuve les grands hommes : "Tu sais Antoine, j'aurais pu être Noir."

- Antoine, peu après la publication de la chronique de "Rise to the Sun", tu m'as convié à une orgie en compagnie de ton groupe ainsi que de Headcharger... Justement, leur dernier album s'appelle "Watch the Sun", et les deux formations sont normandes. C'est à cause du manque d'ensoleillement que vous faites une fixette sur le soleil ?
C'est faux. Ces gens ne sont pas comme nous. La frontière des bonnes manières les plus élémentaires sépare de façon inéluctable les deux parties de Normandie où nous habitons. Il fait toujours beau chez nous, alors qu'à Caen ils sont déjà à mi-hommes, mi-bretons. C'est scandaleux. Donne du calva à un caennais, il boira ça comme du chouchen. Les bas-normands, car Dieu dans son infinie sagesse les a faits bas du front, sont si veules qu'à la moindre guerre mondiale les américains choisissent leurs plages pour pique-niquer. C'est dire leur manque de fierté.

- Forte baisse des crédits accordés aux directions régionales des affaires culturelles (festivals, associations de salles, etc.), loi Hadopi, nouvel album d'Indochine... Vous croyez que si la culture n'est pas en odeur de sainteté dans les hautes sphères de l'État, c'est parce que notre ministre de la culture, Christine Albanel, est coiffée comme Chantal Goya ?
Le mystère de sa coiffure a été mis au grand jour par un ami généalogiste qui m'affirmait qu' "Albanel" descend en fait de la lignée de coiffeurs Camille Albane. L'autre mystère est que la droite au pouvoir laisse en fonction un poste à tendance aussi soviétique que celui de ministre de la culture. Mais ah oui, c'est vrai, on a un président de "droite sociale" qui serre la main des présidents américains de tendance centriste-rose en croyant que c'est Tony Parker qui revient en vacances à Dieppe.

- Un peu plus sérieusement (ou presque), qu'en est-il du futur de The Elektrocution ?
Un split avec les spoken words du ministre de la culture, un duo avec le cadavre de Ray Charles, et aussi un second EP dans les mois qui viennent, dans cette même lignée boogie-blues décadente et désespérée qui fait que les gens nous confondent rarement avec Marduk. Sans reprises, car on ne peut pas offenser tout le monde non plus. Chacun son tour. Et sinon encore des concerts où on mange des chips au pneu et du pâté de tête d'ampli. Ne plus parler avec Headcharger, 64 Dollar Question, Amanda Woodward, Ravi, Aussitôt Mort ou tout autre groupe provenant de sous-normandie, car enfin, bon, ça va les conneries. Et c'est pas leur talent à tous qui va leur servir d'excuse. C'est trop facile.


Un grand merci à Antoine pour sa sympathie et sa générosité et, par extension, un grand merci à The Elektrocution !

FREE MP3 : OUI ("Out Of Breath", extrait de "Rise To The Sun")
MYSPACE : OUI
SITE WEB : OUI

1 commentaire, dernier de hilikkus.

Lars Ulrich décrypté.
Cette semaine, pour la sortie de "Death Magnetic", Lars Ulrich s'est adressé aux fans de Metallica présents sur YouTube. Comme beaucoup d'entre vous ne comprennent pas l'anglais -surtout que le bougre à un sale accent scandinave (?)-, VisualMusic vous a traduit, en image, ce discours touchant empli de sincérité.


Hey ! Ici Lars, Metallica. Le calvitieux batteur danois arraché à la caféine. Le mec qui a troqué sa caisse claire contre un tonneau Texaco pendant quelques mois en 2003. C'est moi.



(Merde j'suis sensé dire quoi là ? Ah oui)



Bienvenue sur la chaîne YouTube officielle de Metallica. Cette chaîne a été créée pour que vous, mes amis, puissiez trouver le maximum de vidéo en rapport avec Metallica.



Et puis il faut le dire, avoir une chaîne YouTube, c'est bon pour l'image d'un groupe, même si à mon putain d'avis, avoir dans son combo un mec qui s'est fait greffé une queue de raton-laveur au menton, un transsexuel brésilien et un primate qui se prénomme Robert, c'est pas forcément le mieux en terme d'image. Bref.



Cette chaîne, c'est tout nouveau, et c'est aussi un hommage à vous, les fans, qui reprenez, hum, nos titres à votre façon, et parfois, il faut le dire -et c'est très embarrassant-, c'est très réussi.



Donc c'est une façon de récompenser votre dévouement, votre persévérance, vos performances que vous effectuez dans vos chambres, dans vos salons, dans vos cuisines ou dans vos chiottes. On est fier de vous les mecs !



Voilà, ça c'était ce que le management a voulu que je vous dise. Maintenant, je vais vraiment parler au nom de Lars. Vous savez les gars, avec l'âge on devient aigri.



Quand je vois un gamin de 9 ans -Imrussman, pour les geeks- taquiner la baguette sur "One", ça me rappelle que je n'ai plus les réflexes d'antan, bordel. Et des hippies, avec leurs grattes ou leurs kits pourris, qui reprennent "Enter Sandman", ça me file la gerbe.



Et puis faut pas oublier que quand un petit connard d'employé de misère français a foutu en rayon "Death Magnetic" dix jours avant sa sortie -d'ailleurs les français, on le retient cette épisode, pendant qu'on jouera "Cyanide" à Bercy, on aura une petite surprise à vous balancer, et ça sera pas des effets pyrotechniques-, c'était où le premier endroit où l'album a leaké ? Sur YouTube, bande d'enfoirés !



Donc allez vous faire foutre avec votre YouTube de merde !



Et vous savez quoi, imrussman, tumaaax, Eciram11, et les autres utilisateurs de YouTube, aux pseudos aussi moisis qu'un titre de Megadeth, qui pillent et salissent notre répertoire sur ce putain de site ?



Vos mères sucent des bites chez Napster !


4 commentaires, dernier de Nicky.